La Réduction des Risques et des Dommages (RdRD) s'inscrit et inscrit l'usager dans une politique de santé publique. Cette politique est née en France, à la fin des années 1980, suite à l'apparition du VIH.

Les taux de contamination importants parmi la population des usagers de drogues par voie injectable a obligé les pouvoirs publics à réfléchir à une politique de Réduction  des Risques afin d'éviter la contamination par la réutilisation ou l'échange de matériel de consommation.

SÀ partir de 1987, l'État a progressivement développé, en lien étroit avec les associations (Médecins du monde), les intervenants du champ de la toxicomanie (ASUD) et de lutte contre le Sida, une politique visant à prévenir les problèmes sanitaires et sociaux liés à la consommation de drogues.
 

1987 : Décret Barzach du 13 mai 1987  autorisant la vente libre des seringues.
1995Circulaire du 12 avril 1995 relative à la prévention des risques infectieux chez les usagers de drogues par voie intraveineuse et à l'accessibilité au matériel d'injection stérile.
1995 : Autorisation de mise sur le marché de la Buprénorphine Haut Dosage (Subutex®) et Méthadone sirop®, traitement de substitution aux opiacés.
2005 : Décret du 19 décembre 2005 relatif aux missions des centres d'accueil et d'accompagnement à la réduction des risques pour usagers de drogues.
2008 : Autorisation de mise sur le marché de la Méthadone gélule®, traitement de substitution aux opiacés.
2016 : Loi n°2016-41 du 26 janvier 2016 de modernisation  de notre système de santé autorisant l'expérimentation de salles de consommation à moindre risque et la mise en place de programme d'éducation aux risques liés à l'injection (ERLI). Mettant à disposition des CAARUD de nouveaux outils tels que les Tests Rapides d'Orientation Diagnostique (TROD).